*Java*, chat bibliophile , vous présente sa sélection du mois.

Comme d'habitude découvrez  en  1/ & 2/ les premières et dernières lignes de chaque ouvrage et en 3/ nouveauté: un petit extrait, mais alors tout petit...

Mon chat est *cat*égorique il a préféré  Queffélec.

La reine des pommes   de Chester Himes.

DSCN1430

  1. Hank comptait l'argent empilé devant lui.
  2. Allons, mon gros père, t' fais donc pas de bile, j'vais pas pleurer sur une vieille malle de pépites, alors que je t'ai, toi!
  3. *...sur la rive haute de la rivière Hudson, on voit tout en bas, dans la vallée, les vagues des toits gris, qui, comme celles de l'océan, faussent la perspective. Sous cette étendue mouvante, dans les eaux troubles des garnis crasseux, une dense population noire se convulse dans une frénésie de vivre, à l'image d'un banc grouillant de poissons carnassiers qui parfois, dans leur voracité aveugle, dévorent leurs propres entrailles. On plonge la main dans ce remous et on en retire un moignon.  C'est Harlem.*

Les derniers rois mages  de Maryse Condé.

DSCN1427

  1. Les crabes sortirent de tous les trous du sable gris volcanique, tapissé de feuilles mortes, et se groupèrent en colonnes serrées.
  2. De l'autre côté de l'eau, pointillant la noirceur de l'éclat de ses lumières, le ferry avait commencé son voyage de retour vers Crocker Island.
  3. *Le bon Dieu était un très mauvais metteur en scène. Dans le théâtre de la vie, aux femmes il avait distribué la force, le courage, l'ambition. Aux hommes il n'avait donné que le besoin éperdu d'être entourés d'amour comme un foetus dans le ventre de sa mère.*

Le mobilier national  de Laurence Cossé.

DSCN1431

  1. La clé ne voulait pas tourner dans la serrure.
  2. Mais là, je dois dire, j'en reste pantois.
  3. *Entrer dans les cathédrales ça me touche au coeur, ça me fait du bien, peut-être même que ça m'aide. Ces constructions invraisemblables ont une fonction bien à elles. Elle sont là, elle seront toujours là, on peut les négliger, les oublier, elles seront toujours ouvertes avec leur ombre si peuplée, leur odeur si particulière, leur silence et dans ce silence, l'écho du moindre pas. Toujours elles rappelleront que  l'essentiel, dans la vie, est ce qui ne sert à rien: la beauté, la musique, les cathédrales, la générosité, la tendresse.... La démesure dans la bonté...*

C'est beau une ville la nuit  de Richard Bohringer.

DSCN1428

  1. Je m'étais endormi.
  2. Et puis le reste, tu laisses à ceux qui veulent tout expliquer.
  3. *Con un homme quand ça souffre. Aussi con que quand il est heureux. Quand tu souffres tu crois que tu es  seul  et quand t'es heureux tu donnes des conseils!*

Les noces barbares  de Yann Queffélec.

DSCN1433

  1. Le bain refroidissait, Nicole émergea.
  2. "J'ai peur", murmura-t-il en passant les deux bras autour de sa mère; puis il se laissa couler dans les remous qui menaient droit sur la déferlante.
  3. *Ludo se baignait dans ces cortèges familiaux parfumés dont il guettait les  gestes et les secrets. Tel un voyageur solitaire qui ne peut s'empêcher d'espérer dans la foule une retrouvaille, il regardait chaque mère avec des yeux suppliants: l'eût on pris par la main, il suivait la première venue.*